La Lame du tarot, Françoise Le Mer

Publié le par Craklou




Voici le premier de deux livres que j'ai reçu pour le dernier swap de Bibliza, le swap de nos régions. Il s'était donc naturellement retrouvé en haut de ma PAL (la logique voudrait que comme dans les supermarchés, on ajoute les nouveaux produits tout en bas ou tout au fond ; mais, déjà, pour les livres il n'y a pas de date de péremption, et, de deux, cela suppose de soulever toute la pile, sans rien faire tomber, ou, pire, de devoir ramasser après avoir tout fait tomber....).
Pour la petite histoire, il s'agissait d'un échange littéraire sur le thème d'une région, ou d'une ville, que l'on aime ou où l'on vit, et ma swappée avait choisit la Bretagne. Ce qui m'a permis, à part me gaver de palets bretons au citron (un vrai délice), de découvrir qu'en plus du coca breton ou de la bierre bretonne, il existe une maison d'édition bretonne, assez prolifique au vu de tous les titres "dans la même collection"...
Tout ça pour dire que j'ai passé un moment assez sympathique en compagnie de ma lecture bretonne!


"
Brest... lors de la foire Saint-Michel, un camelot est retrouvé mort sous un porche. La victime, apprêtée comme pour un rite funéraire, porte curieusement au front les stigmates d'une croix gravée à la lame d'un coupe-papier. Sur le corps, à l'intention de la police, est déposé une carte de tarot divinatoire. Bien vite l'enquête s'oriente vers le milieu de la voyance, d'autant plus qu'à chaque fois qu'un crime semblable sera perpetré, l'assassin préviendra une jeune cartomancienne, Sylvia Nathan. Les inspecteurs Le Gwen et Le Fur, fort mal à l'aise dans ce climat étrange, auront-ils eux aussi le don de double vue? Sauront-ils démasquer à temps l'esprit démoniaque qui se cache dans l'entourage de Sylvia?
"


L'histoire est sympa, pas d'une originalité à couper le souffle certes, mais je suis à ce sujet de plus en plus exigeante...

L'intrigue démarre de façon classique, par un petit tour dans le passé  ; l'évènement dont découlent tous les autres, comme on ne tarde pas à le découvrir. Puis, les crimes s'enchainent, et on suit à la fois l'enquêteur professionnel, un enquêteur amateur, la jeune voyante, prévenue des crimes à l'avance, et même l'une des victimes... Les différents points de vue donne une vision assez globale du récit, et casse toute monotonie. Le style est très agréable à lire, par ailleurs, ce qui ne gâte rien! 
Ensuite, ensuite quoi? Et bien, ensuite, à mon goût, ça pèche un peu. Les personnages sont assez clichés, et je ne parle pas de leurs relations (rendons à César etc..., certains sont quand même fort caucasses. Sur l'échelle de l'humour-romanesque, je dirai qu'il y avait de quoi me faire sourire en plein milieu du train de banlieue bondé, et même qu'en plus il pleuvait dehors... c'est dire!) ... Surtout, les ficelles de l'intrigue sont parfois un peu "grosses". Bien sûr, on ne devine pas la vérité avant la fin du roman (oui oui, ça arrive, et je vous dit pas à quel point c'est à la fois excitant, mais aussi très agaçant..). La fin est en effet tout à fait surprenante. Mais les moyens employés par l'auteur pour que le lecteur ne soit sûr de rien sont beaucoup trop visibles, beaucoup trop faciles même... Pour résumer, sans vous livrer une parcelle d'intrigue, l'idée c'est de donner à tous les suspects un passé suffisamment traumatisant pour que ça puisse faire d'eux le tueur psychopathe. Hum...oui, je suis d'accord, pas fameux fameux...

Mais que cette dernière touche ne vous empêche pas d'y jeter un coup d'oeil si l'occasion se présente. D'une part parce que, faut pas croire, je râle, mais je l'ai dévoré. Et d'autre part, parce que faire vivre des petites maisons d'éditions régionales, moi je trouve ça chouette (et même que moi, je les aime, la Bretagne et les Bretons!).

 

Publié dans Polar me

Commenter cet article

El JC 25/07/2009 10:13

Dommage que les ficelles apparaissent comme étant un peu trop grosses. Est ce un premier roman ?

Craklou 25/07/2009 20:57


si j'en crois la liste "du même auteur" à l'intérieur de la couv', ce serait le deuxième.
Voici les références du premier potentiel si jamais ça t'intéressait : Colin-Maillart à Ouessant.