Cosmétique de l'ennemi, Amélie Nothomb

Publié le par Craklou

Je vous avais promis la suite... En voilà donc un deuxième. Presque d'affilée. Il en reste un troisième, mais ça sera pour plus tard. C'est sympa, c'est même très bien, mais au bout d'un moment, les enchaîner, ça gâche un peu...
Bon. Sinon, ben c'est toujours aussi chouette. J'aime le ton corrosif de Nothomb. Qui arrive à parler de tout, du pire de ce qu'on a en nous, si naturellement... Et c'est aussi si naturellement qu'elle joue avec ses lecteurs... Quel culot! Mais quel plaisir!
On voit rien sur l'image, je sais. C'est pas grave, parce que c'est même pas mon édition. L'un dans l'autre, c'est pas non plus un drame parce que la mienne, plus laid, tu meurs. Chez Albin Michel ils repèrent les talents d'auteur. La prochaine étape, dénicher des illustrateurs. Même pas forcément des bons. Juste des qui permettront de mettre autre chose sur la couv' que... euh... bah... rien! 
Passons!


"
"Sans le vouloir, j'avais commis le crime parfait : personne ne m'avait vu venir, à part la victime. La preuve, c'est que je suis toujours en liberté"

C'est dans le hall d'un aéroport que tout à commencé.
Il savait que ce serait lui. La victime parfaite. Le coupable désigné d'avance.
Il lui a suffit de parler. Et d'attendre que le piège se referme.

C'est dans le hall d'un aéroport que tout s'est terminé.
De toutes façons, le hasard n'existe pas.


 

Le
précédent m'avait bien plu. Celui-ci est encore plus.... Nothomb. Plus déjanté. On se dit qu'il a dû lui arriver des trucs pas cools dans la vie quand même....Bon, c'est peut être le prix à payer pour nous écrire de si bons romans...

Deux personnages. Seuls. Ou plutôt, entouré d'inconnus. Dans un aéroport, c'est obligé. Mais qui n'existent pas ; qui sont juste là en trame de fond. On ne les voit pas, on ne les entend pas. Juste Jérôme Angust et Textor Texel. Et le second qui commence à raconter une bien drôle d'histoire au premier....
Difficile d'aller plus loin sans vous gâcher le plaisir de la lecture....
C'est très rapide, comme toujours chez Nothomb. C'est à dire qu'en une heure, une heure et demi c'est fait. Encore une fois ça n'est pas dommage. C'est pile ce qu'il faut.
Efficace toujours. Ca m'a tout l'air d'être un de ses mots d'ordre... Etonnant, la fin. Et le plaisir de s'être fait piéger.
Un très bon roman, en définitive. Qui m'a, personnellement, plus plu que les Catilinaires. Ce qui va me permettre, pour une fois, de vous dire haut et fort "j'avais raison". Et pas j'ai écouté mon voisin et j'ai bien fait! La bibliothécaire m'avait chaudement recommandé les Catilinaires, sans s'attarder sur celui-ci, alors qu'en rayon c'est bien celui-là qui m'avait fait de l'oeil. Et quand je dis de l'oeil, je veux dire dont le résumé m'avait semblé le plus percutant... Je ne vous refait pas ma complainte sur l'absence de couv', je crois qu'on a compris!

Voilou! Bonne lecture, parce que vraiment il vaut le coup.

J'ai un petit ps que j'adresse à celles et à ceux qui ont lu ce livre, et qui ont aussi lu le
Vargas du post d'avant. Il y a une espèce de coïncidence monstrueuse entre les deux livres, qui fait que quand on les lit à la suite, dans cet ordre, et par hasard pour tout ça, ça fait quand même croire en une sorte de destin qui doit bien se marrer, tout là haut....
Qu'en dites vous?

Le meilleur moyen de me répondre c'est de tenter l'expérience d'ailleurs. Vu que j'ai beaucoup aimé les deux (avec un plus gros coup de coeur pour le Vargas, mais vous aviez compris je pense), et vu que je ne veux que votre bien, tentez de les lire à la suite (là c'est plutôt pour ceux qui n'ont lu ni l'un ni l'autre)... Vous comprendrez ce que je veux dire. Parfois, il faut savoir forcer le destin!
 

Publié dans Foreign Lit' me

Commenter cet article

Luna 10/06/2011 12:02


J'aime beaucoup Amélie Nothomb et jusqu'à présent je n'avais jamais découvert son livre "Cosmétique de l'ennemi", enfin jusqu'à il y a trois semaines : une sacrée découverte !

Je me suis vraiment demandée ou est-ce qu'elle cherchait à nous emmener... C'était totalement tordu et improbable : comment se fait-il que les gens autour ne remarquent rien ?

La chute est totalement incroyable : jamais je n'aurais pensé à ça, même si deux trois indices nous mettaient sur la bonne voix... J'aime beaucoup cette folie douce qu'on retrouve dans la plupart
de ces textes : avec elle, on peut se permettre de tout imaginer, j'adore ça !

Si ça t'intéresse, je viens de publier mon avis sur ce livre sur mon blog...

Joli article, je reviendrais ;)

Bonne continuation !!


Craklou 30/08/2011 09:41



Beaucoup de questions et jamais vraiment de réponses quand on lit Nothomb. Il faut laisser sa rationnalité de côté ça c'est certain :-)



Nicolas 03/10/2009 22:26


Excellent Nothomn en effet, des dialogues percutants, c'est un pur régal. L'un des meilleurs, tout simplement.


Craklou 05/10/2009 09:27


C'est incroyable à quel point ses romans sont inégaux en qualité! Tout à fait d'accord sur la qualité de celui-ci en tout cas!


pimprenelle 10/08/2009 19:14

Je suis une grande fan de Nothomb et j'avais adoré celui-ci!
Par contre, ce que tu dis à propos du destin m'intrigue beaucoup...

Craklou 10/08/2009 20:46



Il faut avoir lu le Vargas pour voir la coincidence. Qui est vraiment amusante....
je pouvais pas en dire plus au risque de trop en révéler sur l'un et l'autre...