Le concile de pierre, Jean-Christophe Grangé

Publié le par Craklou

Si vous avez bien suivi, j'avais reçu, grâce à Blog-o-Book le vol des cigognes du même auteur, qui m'avait particulièrement enthousiasmé.
Lors de la soirée du fameux cake aux pommes caramélisées, je fais un tour dans la bibliothèque de Fée de passage. Parmi ses bouquins, je vois un Grangé ; comme je viens tout juste de terminer l'autre, je m'empresse de mettre la main dessus!!
Samedi matin, je cherchais dans ma PAL du sympa, pas trop prise de tête, pour mes cinq heures de train, et donc, emballé c'est pesé. (Finalement, j'ai bossé, dans le train, mais ceci est une autre histoire, bientôt terminée pour de vrai de vrai, même la relecture, et ça c'est cool!).


Je n'ai pas été déçue par cette lecture, bien au contraire! Il manquait sans doute l'originalité de la découverte (ou redécouverte) du style de l'auteur : j'avais lu le précédent il y a peut etre un mois, j'étais encore dans l'esprit Grangé. Enfin, ça m'apprendra a pas savoir attendre quand un auteur me plaît... 
Toujours est-il que j'ai également dévoré cet opus là!






"
Un enfant venu du bout du monde dont le passé mystérieux resurgit peu à peu. De tueurs implacables lancés à sa poursuite.
Une femme prête à tout pour le sauver. Même au prix le plus fort.
Un voyage hallucinant jusqu'au coeur de la taïga mongole.
Là où règne la loi du Concile de Pirre : celle du combat originel, quand l'homme, l'animal et l'esprit ne font plus qu'un. Tous prêts à l'apocalypse.



La première chose à dire, de ce roman, c'est qu'il passe les frontières du "surnaturel", des esprits, et des pouvoirs psychiques. Je le précise, parce que je sais que ce genre de détail a le don d'en agacer certains. Vous êtes donc prévenus. Maintenant, plus rationnel que moi, c'est vraiment difficile à trouver, et cet aspect de l'intrigue ne m'a pas dérangée ; il faut juste entrer dans le jeu, et ne pas s'arrêter à cela. Après tout, c'est un roman. Voilà qui est dit!
Ensuite, les personnages sont vraiment bien individualisés ; on vit dans la peau de Diane, du début à la fin. 
En parlant de début, d'ailleurs, je suis toujours aussi fascinée par le don qu'à Grangé de nous plonger dans le vif du sujet en quelques lignes. Moins d'une page après le commencement, on est déjà accro (et croyez moi, à 7heures du matin un samedi, c'était pas gagné...).
L'intrigue est très très riche. On va de rebondissements en rebondissements. Le côté détective amateur, cher à Grangé, permet tout à fait ce type de progression, après tout, le personnage principal n'a rien d'un enquêteur chevronné. Le suspense est donc ménagé jusqu'au bout, sans qu'on ait l'impression d'un retournement final qui ne sort de nulle part ; et c'est bien la clé d'un triller réussit.
Le style est vif, et percutant. Là dessus rien d'original, pour ceux qui connaissent l'auteur. Tout va très vite ; on trouve assez peu de descriptions, dans l'ensemble. A noter quand même la fin, et quelques magnifiques détails des paysages parcourus par Diane, mais je n'en dit pas plus.

Il existe un film, que je n'ai pas vu. Je serai très curieuse d'en avoir un aperçu, pour voir quel parti pris le réalisateur a adopté face à certaines situations...
Peut être un de ces jours, si j'en ai l'occasion!


Vraiment, en tout cas, une lecture que je recommande particulièrement!
 

Publié dans Polar me

Commenter cet article

Jenta3 03/04/2010 10:09


Tu as tout dit! Je suis entièrement d'accord avec toi! Je le recommande aussi! Super lecture! :-)


Craklou 04/04/2010 13:22



Merci, merci :-)



Neph 28/08/2009 00:32

Oh oh, ça m'intrigue... Ca peut être sympa !

Craklou 28/08/2009 10:21


Je ne cesse d'être agréablement surprise par cet auteur en tout cas!


The Bursar 27/08/2009 14:56

Non, citeaux vers la gare de Lyon, enfin j'attends encore l'ultime confirmation(parce que c'est vraiment la galère pour obtenir une chambre et surtout pour savoir si on l'a ou si on est placé sur liste d'attente). La Bsg me fait pas envie surtout que j'ai toujours l'impression qu'il y a des gens qui font la queue devant. Je préfère la bnf.

Craklou 27/08/2009 14:58



Il faut venir aux bonnes heures à la BSG c'est sûr... J'y ai passé toute ma prépa, c'est l'heure de fermeture qui est super pratique.
Après, si tu as une place en recherche, c'est clair que la BNF c'est le pied (j'en reviens à l'instant d'ailleurs..) 
Bonne chance avec le CROUS!!! 



The Bursar 27/08/2009 14:43

Je le reconnais. Moi, je n'ai jamais autant glandé que depuis que j'habite à proximité de la fac, car quand il ne faut que dix minutes pour rentrer chez soi, c'est dur de se motiver pour rester bosser dans l'horrible bibliothèque de la Sorbonne. Cette année, je tente une nouvelle approche, avec une chambre en résidence du crous située plus loin de la fac.

Craklou 27/08/2009 14:48


Tente la BSG sinon, c'est vachement plus sympa que la BIU, et c'est ouvert jusqu'à 22 heures. et juste à côté de la fac.
Ou la BNF, c'est royal, mais c'est le bout du monde...

Ton crous c'est celui de port royal??? 


The Bursar 27/08/2009 14:32

Mes trajets en métro sont trop brefs, c'est pour ça, du coup je suis surtout efficace pendant mon 1H30 de train pour rentrer chez mes parents. J'étais plus fiche de vocabulaire dans les transports en commun quand j'étais à Dijon mais il y avait moins de monde aussi dans les rues donc je pouvais prolonger la lecture de celles-ci dans la rue.

Craklou 27/08/2009 14:37


L'avantage de la banlieue : deux heures quinze, trente de trajet quotidiens : les lectures avancent vite!