Memoria, Laurent Gennefort

Publié le par Craklou

Après une longue période à lire beaucoup de thrillers et de romans plus classiques, je me remets, comme vous avez pu le voir  ici, tranquillement à la SFFF (vous aurez droit demain à un petit billet sur le challenge coups de coeur de la SFFF d'ailleurs). Bien que ma PAL déborde de séries commencées mais jamais terminées, j'ai aussi décidé d'ouvrir mes horizons imaginaires en me tournant vers des auteurs qui m'étaient pour l'instant inconnus. Il faut dire que si j'ai bien bourlingué en Fantasy, la SF reste encore pour moi assez obscure (dès qu'on dépasse Dune, Fondation et la Guerre des Etoiles). Bref, tout ça pour dire que je me suis mise à Genefort.

 

 

 

"

Il travaille pour le compte des multimondiales qui se partagent l'univers. Il erre de planète en planète au gré de ses contrats. Il est le tueur à gages le plus redouté des mondes humains. Le plus cher, aussi. Nul ne sait qui il est véritablement. Pas même lui. Tel est le prix de son immortalité, qu'il doit à un artefact extraterrestre unique et qui ne le quitte jamais. Tout comme les « crises de souvenirs » qui le terrassent de plus en plus souvent. Des souvenirs dont il ne sait même pas s'ils sont les siens. Des crises qui masquent une terreur secrète, tapie au fond de lui sous la forme d'un cauchemar qui, inexorablement, se rapproche et menace de l'engloutir. Le compte à rebours est engagé...

"

 

Puisque j'ai retrouvé la semaine dernière le métro parisien pour quelques jours, inutile de dire que mon rythme de lecture a retrouvé le rythme de croisière qu'il avait ces dernières années. Ce qui explique en partie que j'ai dévoré ce roman. Ca, et le fait qu'il soit vraiment très sympa à lire.

 

Nous voici donc dans la peau d'un homme qui parcourt la galaxie afin de répondre à des contrats de tueur à gage tous plus durs à réaliser les uns que les autres. Mais voilà, notre homme a trouvé la parade ultime pour approcher ses victimes sans qu'elles ne se doutent de rien, et l'assassinat devient alors une partie de plaisir. L'intrigue est donc fluide, et on part à la découverte de différents mondes et différentes planètes au gré de contrats d'assassinats.

Mais comme nulle histoire n'est jamais aussi simple, notre grand meurtrier est assailli de souvenirs qui le paralysent, et d'un cauchemard récurrent qui s'obstine à apparaître aux moments les plus cruciaux de ses missions. Et l'on commence à s'interroger sur la personnalité profonde de notre héros...

 

J'ai trouvé ce roman vraiment très agréable à lire ; les chapitres fusent, l'introgue s'enchaîne, on dévore les pages les unes après les autres. J'ai trouvé le personnage attachant malgré ses antécédents (comprennent ceux qui auront lu le livre) et la description des mondes dans lesquels il vadrouille tout à fait intéressante.

 

C'est là qu'intervient je pense ma principale critique : ce roman hyper-ultra condensé. Je dirai presque qu'il s'agit d'une grosse nouvelle : je suis restée sur ma faim à plusieurs reprises. En ce qui concerne le personnage principal d'abord, j'ai trouvé que la fin, même si elle m'a tout à fait convaincue, arrivait bien trop vite. De même, le monde que décrit Genefort est extrêmement riche (il faut reconnaître que comme il recouvre plus ou moins l'univers, ça aide), les planètes sur lesquelles nous sommes transportées sont toutes très différentes les unes des autres, ainsi que leurs situations politiques et j'avoue que j'aurais vraiment aimé de plus amples descriptions et explications. Pour mieux comprendre, déjà, mais aussi parce que la plume de l'auteur est d'une telle richesse que l'on en voudrait encore. Certes, tout le monde n'a pas envie d'écrire ou de lire des séries de cinq ou six fois mille pages, mais de mon côté, j'aurais vraiment bien ce roman s'étaler sur plusieurs tomes. Mais enfin, c'est pas moi l'auteur!

 

 

Un rapide petit mot de la nouvelle, puisque le roman était aussi accompagné d'une nouvelle, que l'auteur a écrite avant ce dernier : j'ai vraiment accroché, peut être même plus qu'à d'autres épidodes du roman. J'ai trouvé le questionnement sur l'identité plus pregnant et vraiment beau.

 

 

Pour conclure je dirai donc que ce fut une vraiment bonne lecture, même si j'aurais apprécié pouvoir prendre un peu plus mon temps pour découvrir cet homme et cet univers (ce qui après tout est le meilleur gage de la qualité du roman).

 

 

Un grand merci à Babelio et aux éditions Folio SF pour cette découevrte!

 

Commenter cet article

BlackWolf 09/10/2011 01:36


J'ai un peu moins accroché que toi avec ce livre, j'ai trouvé l'intrigue trop convenu, linéaire et sans véritables surprises. Par contre l'auteur est vraiment doué pour la mise en place de son
univers.


Craklou 10/10/2011 13:08



C'est pour ça qu'on en voudrait encore plus longtemps de son univers, c'est frustrant tous ces efforts pour deux-trois petites centaines de pages :-)