Perte et fracas, Jonathan Tropper

Publié le par Craklou

Après l'enthousiasme que j'avais eu à lire le Livre de Joe, je me suis donc laissée tenter par son petit frère sur la pile occaz' de mon meilleur ami Gibert. Dans un genre tout à fait similaire, mais avec des personnages bien différents, j'ai été tout autant conquise par ce roman que par le précédent. 

 

perte.jpg

 

"

Doug a vingt-neuf ans et il est veuf. Sa défunte femme, Hailey, est morte dans un accident d'avion il y a deux ans. Depuis, Doug se noie dans l'auto-apitoiement comme dans le Jack Daniel's, et a pour seules activités le lancer de canettes de bière sur les lapins qui envahissent sa pelouse et la rédaction d'une chronique hebdomadaire " Comment parler à un veuf ". Nul doute qu'il se consacrerait à plein-temps à cette douleur si sa sœur despotique, son beau-fils en mal d'attention et son père sénile ne venaient le sortir de sa léthargie. Et que dire de sa voisine qui s'obstine à lui susurrer des mots cochons à l'oreille... Qu'il le veuille ou non, plus question de se couper des autres. Mais pour Doug, ce retour à la vie ne se fera pas sans perte et fracas.

"

 

Ce roman met un coup de pied dans la fourmilière. Parce qu'au delà des dépressions de Doug, c'est un peu tout le monde qui peut se sentir concerné. 

Certes, nous ne sommes pas tous aussi malheureux que Doug ; du moins, nous n'en avons pas tous des raisons aussi bonnes. De même, notre entourage n'est sans doute pas aussi farfelu et peu orthodoxe : pas de doute, les personnages sont bien tous fictionnels, et heureusement! C'est pour ça qu'avant tout, ce roman fait rire. Un peu jaune parfois, il est vrai ; mais l'humour, comme dans l'opus précédent, est bien au rendez-vous. Disons qu'il traite le mal de la manière douce. 

Mais quand on lit entre les lignes, c'est d'abord un roman assez optimiste sur le monde qui nous entoure ; parce c'est en quelque sorte la résurrection de Doug à laquelle on assiste, alors même qu'il se pense entouré de la pire de façons. Dans un style plutôt grinçant, lissant de côté tout bon sentiment, ce roman prouve que l'on peut redonner le sourire aux lecteurs sans recourir à la guimauve.

Alors pour tout ceux qui ont envie de croire que parfois reprendre sa vie en main ça peut simplement commencer par jouer au chamboule-tout avec les lapins qui mettent à mal leur jardin, j'ai envie de recommander ce roman très très chaudement ! 

Publié dans Foreign Lit' me

Commenter cet article

Grazyel 20/02/2011 14:56


Je l'ai terminé cette nuit, c'est le troisième roman que je lis de Tropper et je dois dire que j'ai été grandement touchée ! J'ai trouvé ce livre formidable, meilleur que Tout peut arriver, et à
égalité avec Le Livre de Joe.
En tout cas, c'est bien vrai que ce roman est optimiste et qu'on rit assez souvent. Mais on pleure aussi, et ça, c'est puissant. Je trouve que Jonathan Tropper est extrêmement doué pour peindre la
vie de tous les jours et la faire ressentir aux autres.


Craklou 30/08/2011 09:51



Exactement, j'aime l'idée que ces personnages ne sont pas extraordinaires, mais des gens comme nous !



Nico 15/11/2010 16:31


J'avais bien aimé ce roman, grâce au style fluide et à l'humour de l'auteur. Dommage tout de même qu'il y ait quelques longueurs et que l'ensemble paraisse un peu répétitif.


Craklou 26/11/2010 13:36



Je me suis laissée emporter, mais c'est vrai que ça peut paraître un poil répétitif...



Lilibook 16/09/2010 20:32


Je n'ai encore jamais lu l'auteur, j'ai Le livre de Joe dans ma pal.


Craklou 17/09/2010 15:40



Je l'aim beaucoup apprécié, j'espère qu'il te plaira autant !