Sang d'Irah, Claire Panier-Alix

Publié le par Craklou

Lorsque Livraddict a proposé ce partenariat, j'y ai vu l'occasion de me sortir de mes cycles de Fantasy favoris, et de lire un roman "seul". Ce petit challenge personnel s'est révélé une assez bonne idée!


couv_sang_irah-190x300.jpg


"
Le valeureux prince d'Irah en proie aux tourments de la guerre et de l'amour.
Sur l'île Nopalep'am Brode, « La Terre des Hommes » dans le langage des Anciens, les enjeux politiques étaient fort simples : au nord, les Kurstanais, l'Empire des Trolls lycanthropes... et au sud, le désert sacré des Hommes-Dieux d'Orkaz, tous deux malmenés par des climats extrêmes et victimes des incessantes agressions des troupes de la reine de Nicée, Maryanor.
Le jour où le prince Duncan d'Irah se rend à Mosquir à l'appel de la reine de Nicée, il ne sait pas encore qu'elle est la cause des invasions qui ravagent leurs royaumes respectifs. Encore moins qu'il va se retrouver entraîné dans un torrent d'aventures aux multiples rebondissements où se jouent tout à la fois son destin et celui de l'île.

"



Pour résumer brièvement ma lecture, je dirais que ce roman m'a prise complètement au dépourvu. En bien et en mal, certes, mais cela n'a pas empêché que je sois allée de surprises en surprises! 
Mettons ma ralouille facile de côté un instant, pour se concentrer plutôt sur les points positifs du roman. Et ils sont quelques uns!


J'ai déjà apprécié le côté Fantasy épique / chanson de geste : je pensais, à la lecture du résumé, me trouver face à une anecdote parmi bien d'autres de la vie du prince Duncan. Que nenni, si le récit ne commence pas exactement à la naissance du prince, pourtant il se révèle rapidement couvrir une grande partie de sa vie. Or, il est vrai que c'est un type de récit que l'on ne trouve finalement (en tout cas parmi mes lectures) pas si souvent, du moins sans que cela prenne quinze tomes et treize mille pages. Bref, nous nous retrouvons donc avec le récit assez étoffé de la vie d'un héros, le prince Duncan, dirigeant d'un petit royaume de l'île de Nopalep, elle-même au début du récit prise au coeur de manigances, guerres et autres rébellions politiques entre les différents peuples de l'île.

Ce qui m'amène à un second point que j'ai trouvé appréciable : voici un récit simple, au bon sens du terme, qui ne met pas en scène un univers tout entier menacé par des créatures démoniaques d'un plan inférieur. Tout un univers existe pourtant bel et bien autour de l'île, mais on ne le connaît pas (du moins jusqu'à un certain point, mais j'y reviendrai), et on ne s'en porte étrangement pas plus mal! Personnellement, les intrigues politiques en Fantasy, lorsqu'elles sont bien menées, comme c'est le cas ici, me suffisent parfaitement. Nul besoin d'invoquer trois cents peuples et cinquante mille kilomètres carrés pour mettre sur pied un récit de Fantasy héroïque qui tienne la route! Mais c'est toujours bon de se le voir rappelé sur papier!

L'histoire elle-même est sympathique, et les personnages attachants, ou pas, mais toujours convaincants. J'ai apprécié les intrigues amoureuses, de famille, de "société" qui viennent émailler le récit et le rendre plus vivant. Le personnage de Sail par exemple m'a passablement fasciné. Mais difficile d'en dire plus sans gâcher le suspense!


J'ai trouvé cependant quelques points qui m'ont moins convaincue. Je commencerai avec ce fameux univers auquel appartient Nopalep et qui restait pour moi très bien où il était, c'est à dire dans les ténèbres ; je m'explique, sans donner trop de détails : l'auteur à un certain moment rattache l'île de Nopalep à une certaine Histoire, et j'ai trouvé que non seulement ça n'était vraiment pas utile, mais qu'en plus cela tombait un peu comme un cheveu sur de la soupe.
 
Plusieurs points ensuite, qui m'avaient semblé très intéressants, sont malheureusement abandonnés par l'auteur en cours de route, sans qu'on n'en entende plus tellement parler, alors que j'aurais personnellement apprécié d'en savoir plus : il s'agit par exemple de l'influence que l'on devine maléfique du culte de Jade, au début du récit, ou des mésaventures de Siffra avec son épouse. 

Enfin, je dirais surtout que j'ai trouvé à plusieurs reprises le récit vraiment long. Le fait qu'il s'étende sur de nombreuses années, et qu'il mette à la suite plusieurs parties de la vie des personnages qui n'ont pas forcément de grande continuation, si ce n'est de rapport, avec la suite, ou le début, n'y est pas pour rien. Ces différentes parties auraient pu donner de l'élan, et empêcher que le récit ne tourne en rond, après tout il y de nombreuses choses à raconter dans une vie de prince héros ; mais finalement, l'impression que j'en ai eue est que ces coupures cassent quelque peu la dynamique du récit, et qu'à force de "un an", "cinq ans", "dix ans" après, on ne sait plus très bien on l'on en est.


Il s'agit donc, pour résumer, si ce n'est d'un coup de coeur, du moins d'une lecture sympathique bien qu'un peu longue. Et j'en profite pour remercier très sincèrement Livraddict et les éditions du Pré aux clercs pour ce roman! 

Commenter cet article

pimprenelle 29/03/2010 08:23


La fantasy est un genre avec lequel j'ai beaucoup de mal... Je passe donc mon chemin!


Craklou 29/03/2010 09:37


Dans ce cas oui, d'autant que ce n'est pas le meilleur du genre!!


Orkan Von Deck 24/03/2010 17:55


ça me donne un avis sur le travail de l'auteur. J'étais déjà tombé sur son blog sans jamais savoir ce que ses écrits valaient)

si vous voulez en savoir plus sur elle :

http://claire-panier-alix.blogspot.com/


Craklou 25/03/2010 09:29


Merci pour le lien!!


Véro 24/03/2010 13:09


Bon, il ne me tente pas trop celui-là !


Craklou 24/03/2010 14:28



Mon avis est mitigé, mais peut être en trouveras tu de plus enthousiastes!



phooka 24/03/2010 10:11


On a à peu près avis Craklou!


Craklou 24/03/2010 10:41


oui j'ai vu sur livraddict :-)