Le Tableau du maître flamand, Arturo Perez-Reverte

Publié le par Craklou



Et voilà la deuxième lecture new-yorkaise!


Comme je l'ai déjà expliqué
ici, c'est sur les conseils avisés de mon popa que je me suis plongée dedans, après le Club Dumas.


"Sur la toile, peinte il y a cinq siècles, un seigneur et un chevalier jouent aux échecs, observés depuis le fond par une femme en noir. Détail curieux : le peintre a exécuté ce tableau deux ans après la mort mystérieuse d'un des joueurs et tracé l'inscription "qui a pris le cavalier?", également traduisible par "qui a tué le cavalier?".

Tout cela n'éveillerait que des passions de collectionneurs si des morts violentes ne semblaient continuer la partie en suspens sur la toile. Et c'est ainsi que l'histoire, la peinture, la logique mathématique viennent multiplier les dimensions d'une intrigue elle-même aussi vertigineuse que le jeu d'échecs."


Une très agréable surprise! Non que je n'estimais pas déjà grandement l'auteur. Mais justement. J'avais déjà tellement apprécié le Club Dumas que j'avais dans la tête "oui bon, j'essaye l'autre, mais là le premier il est trop top alors ça pourra pas être aussi bien etc.etc.". Et ben si! Non seulement c'était aussi bien, mais après moult réflexions, je pense même que j'ai préféré cet autre opus! C'est dire!

Le style est aussi bon que dans le premier, toujours avec ces descriptions très jolies, même poétiques. J'ai encore plus accroché au personnage principal. Je trouve qu'on ressent très bien les sentiments de Julia, à la fois sa peur, sa curiosité, l'étrangeté de sa relation avec César etc. L'intrigue est originale, et les rebondissements pas du tout attendus. j'ai beaucoup aimé aussi le personnage de Munoz, un peu torturé mais très interessant. 
Encore une fois, comme pour le Club Dumas, la fin est un peu rapide, et c'est dommage. Mais rien de grave. C'est plutôt la façon de raconter la fin qui aurait pu durer un peu plus, mais l'intrigue n'est pas bâclée, qu'on se rassure!

En bref, un de mes coups de coeur des derniers mois. A lire! Vite!


Publié dans Polar me

Commenter cet article

Mona 22/03/2010 21:01


Je ne connaissais pas l'auteur et j'ai beaucoup aimé ! De sacrés rebondissements !


Craklou 23/03/2010 10:15


Oui c'est tout à fait l'impression que j'en avais eue. Je l'avais découvert par hasard également!


Kepherton 10/10/2009 12:28


Bonjour,
Je vais pointer un lien de mon site vers ta chronique qui est intéressante.


Craklou 12/10/2009 10:12


Aucun souci, avec plaisir!


Nicolas 19/06/2009 12:37

Je n'ai VRAIMENT pas aimé ce roman. C'est écrit d'une manière ampoulée,les personnages sont des stéréotypes vivants et c'est d'un ennui... vraiment pas aimé. Concernant Vargas, il faut en effet lire Pars vite et reviens tard ou Sans feu ni lieu. Et de Mankell, il faut lire La lionne blanche ou les Morts de la Saint-Jean.

Craklou 19/06/2009 16:18


J'ai lu les deux de vargas, avec une grosse préférence pour sans feu ni lieu, mais c'est parce que j'adore le poème en question.
Pour Mankel j'ai juste lu l'homme qui sourit et ça m'a profondément ennuyé... j'en essaiera un des tiens, histoire de voir si mon rejet sera catégorique ou non!

Pour le tableau du maître flamand, je comprend que le style d'écriture, l'intrigue etc. ne plaisent pas à tous... c'est vraiment particulier il faut le reconnaître!


Craklou 04/05/2009 10:49

Je ne connais pas celui-là. c'est vrai que l'écriture est assez particulière, mais ça ne m'a jamais posé de problème. Si tu veux réessayer, je te conseille "pars vite et reviens tard", qui est bien meilleur que le film qui en a été tiré, ou encore "sans feu ni lieu", qui comme je te le disais est de loin mon préféré, et que, j'en suis sûre, tu sauras apprécier, si toi aussi Mlle d. F a su te faire aimer Nerval!

Neph 04/05/2009 10:39

Alors oui, je connais Vargas, mais j'ai voulu commencer avec "L'homme aux cercles bleus", conseillé par une prof de fac, et je n'ai pas pu aller plus loin que les dix premières pages... Le style est particulier, non ? Mais je ne me déclare pas vaincue ; je l'aurai un jour, je l'aurai !